Les Années 20 et 30

C'est en 1921, quelques années après la Grande Guerre et en pleine affaire Landru que le club voit le jour sous l'appellation de Union Sportive de Saint-Georges les Baillargeaux (soit USSG).

Le football, activité sportive relativement jeune et de plus en plus populaire dans notre pays, arrive dans notre de canton de 1312 habitants. Le docteur FABRE, assisté de bonnes volontés à l'esprit sportif ayant pour noms Ernest AMIET, Georges Bergeon ou bien encore Fernand GUERIN décident de créer une association sportive regroupant des activités diverses comme le tir, l'athlétisme et le football. Ils pensent que la jeunesse locale doit pouvoir s'amuser. Intention louable quand on connaît les dures journées de travail et le peu de loisirs des gens à cette époque et de cette société à 90% rurale.

lePour l'espace de jeu, le "Champ de Foire", espace situé au centre du village et servant aux rassemblements des deux foires annuelles fera l'affaire, d'ailleurs, il la fera pendant plus d'un demi-siècle

Les premiers déplacements s'effectuent en char à ban avec tout le côté folklorique et imagé que l'on puisse se figurer. Les rencontres sont rares mais passionnés et vite des noms sont connus. Il s'agit des MEILLET, BEAUDEAU, ROUAULT, GUERIN, ...

En 1927 et aprés quelques mois ou l'activité sportive s'éssoufle voire s'éteint, quelques joueurs de l'U.S.S.G emmené par Marcel DECORAY, reforment l'institution qui prend le nom de Club Sportif de Saint-Georges les Baillargeaux, Le football devenant la seule activité pratiquée.

A la fin des années 20, Marcel JOLLIET, un jeune instituteur arrivé depuis peu dans le village et supporter assidu de notre équipe reprend le flambeau des précurseurs, assisté par Marcel DECORAY (qui sera président du club entre 1950 et 1951), Armand MEILLET, Raymond THEVENET et René MESSY. A eux cinq ils vont réorganiser la section football dans un club encore multi-disciplianaire. Le progrès aidant, les déplacements s'effectuent désormais en Panhard mais surtout en bétaillère. Les premiers titres du club vont arriver dès la saison 1930/1931. Les vedettes d'alors s'appellent BIGOT (frères), CREUZE (frères), MEILLET, BARBIER, BLANCHARD ou CORDEBOEUF. Certains d'entre eux seront d'ailleurs selectionnés dans l'équipe de la Vienne.

Devant le peu de formation dans le département, de nombreux jeunes des environs rejoignent nos couleurs et fort longtemps notre équipe va jouer les terreurs dans la région. Entre 1931 et 1934, le club remporte trois titres de champion de la Vienne 1ère Série - l'équivalent de la 1ère Division de nos jours - en 1931, 1933 et 1934. Elle sera vice-champion en 1935. Entre temps, elle disputera le championnat de Touraine où elle terminera seconde en 1931. Entre 1934 et 1937, le club fera des coupes et autre challenges sa spécialité en raflant en 1935, la coupe Cantonnale et le Challenge Georges Andrault (dont elle fut finaliste l'année précedente). Elle sera demi-finaliste de la coupe de l'Avenir et de la Coupe de "La Depeche" en 1937. En l'absence de vestiaires, on se déshabillait au siège social (le café BERTHAU qui deviendra le Café des Sports), puis ensuite ont montait au stade à pied tout en discutant. Arriver sur l'aire de jeu (600 mètres plus loin), on démarre le match sans avoir besoin d'échauffement cela va de soi.

Marcel JOLLIET, instituteur trés pratique, faisait sécher les maillots prés du poêle dans le fond de la classe tandis qu'à la récréation les élèves étaient chargés de graisser les ballons à lacets pour le dimanche suivant. Parfois le samedi (l'école avait lieu ce jour là à cette époque), la veille de grand match, les écoliers montaient au stade tous munis de pelle, râteaux, baquet, boîte de conserve et effectués un toilettage de l'aire de jeu (ramassage des cailloux, arrachage des mauvaise herbes etc). Claude ROUAULT, un des dirigeants actules du club (responsable du traçage du terrain), se souvient de cette époque là car il fut aussi, en son temps, responsable du traçage de la la ligne des six mètres (déjà). Il le faisait avec une boîte de conserve et un peu de chaux vive.

En 1938, une subvention municipale exceptionnelle permet d'améliorer les installations existantes. Joueurs et dirigeants se mobilisent et on construit des vestiaires en avec sol en dur. Monsieur JOLLIET, devient président du District de La Vienne en 1939 et est remplacé par son fidéle secrétaire à la tête du club, Marcel DECORAY.

LE CSSG RECRUTE !

                                 DESCRIPTION...